L’humidité dans un appartement ancien : que doit prendre en charge le locataire ?

Par Diane , le 19 janvier 2023 - 4 minutes de lecture
Humidité location

Lorsqu’on emménage dans un logement ancien, l’humidité peut être un véritable problème. L’air intérieur peut alors devenir moite et oppressant, et des dégâts dus à cette humidité peuvent survenir – tels que la prolifération de bactéries ou de moisissures. Si le propriétaire n’effectue pas les travaux nécessaires pour éliminer ce problème, les conséquences peuvent se révéler très coûteuses et compromettre la santé des habitants.

Mais que faire si votre appartement ancien est humide ? Quels sont les travaux pris en charge par le locataire ? Dans cet article, nous allons examiner les responsabilités du locataire et du propriétaire concernant l’humidité dans un logement ancien, et expliquer comment procéder pour signaler ce problème.

Quelles sont les responsabilités du locataire ?

Il est important de savoir que le locataire est tenu de respecter certains engagements contenus dans le bail. En effet, celui-ci doit respecter la loi relative aux Contrats de Location Immobilière, qui stipule qu’il ne doit pas causer de dégâts dans le logement, ni nuire à sa jouissance normale. Il doit donc entretenir son logement (nettoyage, remplacement des pièces usées, etc.). Les frais liés à ces obligations sont à la charge du locataire.

Par ailleurs, il est possible pour le locataire de demander au propriétaire une contribution financière si des risques ou des inconvénients pouvant affecter sa santé peuvent être imputés à ce dernier. Cependant, le locataire devra fournir la preuve que ces risques sont directement liés aux conditions de logement.

À lire :  Comment ranger au mieux ses outils de bricolage ?

Quelles sont les responsabilités du propriétaire ?

Selon la loi, le propriétaire est tenu de maintenir le logement en bon état afin que le locataire puisse y vivre correctement. Ces obligations figurent également dans le Contrat de Location Immobilière et comprennent notamment la maintenance et les réparations des installations qui sont sous sa responsabilité (chauffage, eau chaude, etc.).

Cela signifie que si une source d’humidité affecte le logement (infiltrations, murs humides, condensation excessive), le propriétaire doit y remédier au plus vite et à ses frais. Les travaux à effectuer dépendent de la cause de l’humidité. Il peut s’agir par exemple de remplacer les joints d’une fenêtre ou encore d’effectuer une isolation thermique adéquate.

Si le propriétaire refuse de prendre en charge ces travaux, le locataire peut intenter une action en justice. Une telle action peut aboutir à l’obtention d’une indemnisation.

Comment signaler un problème d’humidité ?

Tout d’abord, le locataire doit informer le propriétaire du problème. Ce dernier peut alors entreprendre les actions nécessaires pour le résoudre. Pour ce faire, le locataire doit envoyer une lettre recommandée à son propriétaire, en mentionnant le problème de manière précise. Le plus important est de joindre toutes les preuves attestant de l’existence des malfaçons (photos, factures, etc.).

Le locataire peut ensuite saisir la Commission de Conciliation Préalable (CCP) si sa demande n’est pas satisfaite. La CCP permet au locataire et au propriétaire de trouver un terrain d’entente. Si une solution amiable n’est pas possible, le locataire peut alors saisir le tribunal d’Instance afin de demander la résolution du bail et/ou une indemnisation.

À lire :  Les cours de bricolage chez Castorama : comment s'inscrire ?

Quels sont les délais applicables ?

Conformément à la loi, le locataire dispose de 5 jours pour signaler à son propriétaire tout problème lié à la qualité du logement. Ce délai court à compter de la date à laquelle le locataire a pris connaissance des anomalies. Sinon, le propriétaire pourrait refuser de prendre en charge les frais.

En outre, le locataire dispose de 3 mois pour saisir la CCP, à compter de la date à laquelle il a informé le propriétaire du problème lié à l’humidité. Par ailleurs, le locataire doit respecter un délai de préavis de 3 mois avant de quitter son logement. Ce délai peut être raccourci si le problème est très grave et que la santé et la sécurité des locataires sont menacées.

Conclusion

Dans un appartement ancien, l’humidité peut représenter un véritable danger pour les locataires. En cas de problème, il est important que le locataire et le propriétaire connaissent leurs droits et obligations en matière de diagnostic et de traitement. Signaler un problème d’humidité au propriétaire peut permettre au locataire d’obtenir une indemnisation s’il le souhaite, mais il est important de respecter les délais applicables pour avoir une chance de voir sa demande acceptée.

Diane

Hello, je suis Diane, 31 ans, passionnée de jardinage, bricolage et toutes sortes de DIY. À travers ce site, j'essaie d'apporter des réponses aux nombreuses questions que peut se poser un débutant avec un bêche ou une perceuse.

Voir les publications de l'auteur